15 février 2019

1. Cadrer le projet

Le cadrage du projet MES va influer sur la mise en place et l’avancement du projet.

Dans une première étape, l’industriel clarifie ses besoins auprès de l’éditeur et rédige un cahier des charges. Ne pas négliger cette étape pour appréhender l’enjeu du projet, comprendre précisément les besoins fonctionnels et planifier finement l’intégration du logiciel, avec la gestion de projet adéquate.

Ensuite, le client désigne un chef de projet MES. Il est l’interlocuteur principal, pour faciliter les communications avec l’ensemble des acteurs du projet. Ce référent sera formé sur le logiciel MES, pour devenir un garant de la réussite du projet.

2. Formaliser une démarche pas à pas

Un projet MES n’est pas un projet comme les autres ! Il mobilise des ressources de l’atelier : les machines, les hommes (opérateurs, technicien, manager, chef de projet, …) et le système d’information.

Une démarche pas à pas pour éviter « l’effet tunnel » ! On retrouve ce phénomène lorsque le chef de projet ne sait plus évaluer l’avancement à l’instant T du projet. Trop de développements ont été réalisés en même temps, on oublie les phases de test et on retrouve de nombreuses difficultés à intégrer la solution. C’est souvent la conséquence d’une implantation brutale et directe de toutes les fonctionnalités, on se rend compte au final que ce n’était pas la solution qu’il fallait ou qu’elle ne répond pas aux problématiques.  Laissez mûrir votre besoin au fil du projet !

3. Conduire le changement en atelier

L’intégration du logiciel MES impose des changements dans l’atelier : les utilisateurs doivent être préparés pour mieux l’appréhender.

Quelques techniques simples et indispensables pour conduire le changement en atelier et faire face aux réticences : 

  • Informer et impliquer les collaborateurs : tous les services vont être concerné par le projet : la production, la qualité, la maintenance, l’informatique et parfois les services supports. La bonne gestion de l’information est essentielle pour impliquer tous les acteurs dans le projet et leur faire comprendre l’enjeu et l’intérêt de l’outil.
  • Valoriser et responsabiliser l’opérateur de production : Avec le logiciel MES, l’opérateur dispose d’une place centrale dans l’atelier. L’utilisation d’outils modernes lui permet de monter en compétences (utilisation de l’informatique, notion de gestion de production).
    N’oublions pas aussi que le logiciel MES digitalise et facilite toutes les tâches administratives auxquelles sont confrontées les acteurs de l’atelier (pointage des actions, nombre de pièces produites, arrêt sur machines, contrôle qualité, …). C’est la fin de toutes ces tâches répétitives de saisies, ressaisies, déclarations papier, impressions, …
  • Former les utilisateurs : pour garantir une utilisation optimale de la solution, les managers doivent être formés quant aux principes, à l’utilisation et à l’exploitation du logiciel MES, sans oublier le paramétrage qui leur permettra d’être autonomes vis-à-vis de l’éditeur. Pour les opérateurs, si vous avez choisi un logiciel simple et intuitif, la formation est souvent très courte voire non obligatoire !
  • Favoriser la démarche pas à pas : les acteurs opérationnels de la production accueilleront plus facilement les fonctionnalités arrivant petit à petit qu’un gros bloc qui change tout d’un coup. Ayez la démarche : « je supprime un formulaire puis un autre puis un autre », vous verrez les opérateurs demanderont d’accélérer !

4. Préparer l’arrivée du logiciel MES

Avant la première mise en exploitation du logiciel, il est important de préparer le terrain :

  • Dans la communication :
    • Pourquoi ce système, objectif visé ?
    • Constituer un groupe de travail avec des opérateurs : choix des terminaux, de l’ergonomie de la solution
    • Inscrire l’arrivée du logiciel dans une nouvelle étape de vos démarches d’amélioration continue…
    • Utiliser le logiciel comme un support de communication
  • Dans l’organisation :
    • Nommer un chef de projet
    • Formaliser un cahier des charges, même simple
    • Planifier les chantiers techniques
    • S’assurer d’une disponibilité suffisante et régulière
    • Formaliser la validation de chaque étape ou phase du projet
    • Faire des demandes de prise en charge des formations utilisateurs
  • Dans les paramètres techniques :
    • Mettre en place une infrastructure nécessaire (électricité, serveur, réseau Ethernet, Wi-Fi)
    • Impliquer l’éditeur de votre ERP le cas échéant
    • Mettre en place les connexions équipements en fonction de ce que vous souhaitez faire et des technologies choisies
    • Choisir les terminaux adaptés, selon vos contraintes environnementales, budgétaires et techniques, … quelle protection ? quel type de dalle tactile ? terminal fixe ? mobile ?

Faites de votre projet une réussite !

Le point de vue de l’expert MES

« Commencez toujours par une phase pilote pour lancer le projet dans votre atelier. Viendra au fil du temps le déploiement de la solution sur un périmètre géographique plus vaste, l’ajout de nouvelles fonctionnalités, pour répondre à l’évolution de vos besoins fonctionnels dans le temps. Dans ce type de projet, l’agilité des acteurs est un gage de réussite : intégration par sprint, livraison de la solution à distance, phase de test client, feedback des utilisateurs, rétrospective de l’itération, … Dans cette optique, vos premiers résultats sont rapides et précis. Le ROI vous conforte sur le choix de la solution et participe au financement des évolutions futures. »

 

Témoignage client

La société DOMIS (groupe Somfy), spécialisée dans la fabrication d’alarmes, s’est équipée du logiciel MES Aquiweb pour suivre sa production. L’entreprise a récemment été labellisée « Vitrine Industrie Futur » par l’Alliance pour l’Industrie du Futur.

Olivier MAHO, Industrial Manager, témoigne dans notre reportage vidéo de l’intégration pas à pas du logiciel MES Aquiweb dans son atelier avec l’utilisation de méthodes agiles communes pour faciliter l’intégration de la solution.

Voir l’étude de cas.