03 septembre 2021

1. La production

Au cœur d’un atelier d’usinage, la première étape de la dématérialisation se tourne vers la production et son monitoring. Pourquoi est-il important de suivre sa production en temps réel ?

  • Suivre les opérations: les OF venant de l’ERP sont diffusés et suivis de manière électronique dans l’atelier par le logiciel MES, afin d’éviter des erreurs, gagner du temps, être réactif et connaitre facilement des encours
  • Mesurer la performance : les données (machines et opérateurs) sont collectées en automatique par le logiciel MES qui, en temps réel, diffuse des indicateurs. Les utilisateurs pourront se positionner par rapport aux objectifs, réagir à des aléas, être acteur de la performance.
  • Supporter les démarches Lean Manufacturing : l’amélioration continue supportée par le MES s’appuient sur des données fiables pour faciliter la mise en place d’actions et gagner en performance, l’industriel passe ainsi d’une amélioration continue par « coup de poing » à une amélioration continue « pérennisée » et sous contrôle.

 

Décolletage jurassien

 

2. Les instructions au poste

Dans l’exécution de ses tâches de production, l’opérateur peut s’appuyer sur de la documentation (plans, procédures, illustrations, …). A partir des contraintes imposées par le client, il est possible que les documents soient modifiés en cours de process.

La mise à disposition de la documentation contextuelle est permise par le logiciel MES pour garantir l’utilisation de la bonne version des documents, avoir des informations fiables directement au poste de travail, et permettre à l’opérateur d’exécuter correctement son process.

 

3. Le guidage opérateur

Le guidage opérateur permet d’assurer la bonne exécution des actions de production et de garantir la répétabilité des process et des opérations. Avec le logiciel MES, une validation manuelle ou automatique peut être demandée pour chaque opération. Le manager peut disposer d’une traçabilité à l’étape (horodatage, qui, quoi, …). Une fois le process terminé, un PV de production pourra être notifié. Tous les modes opératoires sont donc digitalisés et l’opérateur est guidé pas à pas dans son process.

 

4. La qualité

Le suivi de la qualité est un levier pour pérenniser l’amélioration continue et augmenter la performance globale de l’usine. La démarche SPC (Statistical Process Control) ou MSP en français (Maîtrise Statistique des Processus) vise à détecter les dérives du process de production par des indicateurs statistiques.

Intégré au logiciel MES, le SPC assure un suivi temps réel des process qualité. A partir des données qualité à la suite des autocontrôles réalisés par l’opérateur, il apporte une tendance et une évolution sur le suivi qualité et ses potentielles dérives. En cas d’anomalie en production, le responsable qualité dispose de fiches de non-conformité et de graphiques SPC pour réagir instantanément et réduire l’impact sur la performance de l’entreprise.

 

5. La traçabilité

Selon le secteur d’activité, la traçabilité est une nécessité réglementaire ou une exigence client qu’il faut appréhender efficacement pour optimiser le fonctionnement et la performance de l’entreprise. Comment garantir facilement une traçabilité des produits dans l’atelier ?

Avec le logiciel MES, l’industriel peut facilement :

  • Identifier les produits dans l’atelier : le système de traçabilité repose sur des lots (ensemble de produits) qui seront identifiés en temps réel
  • Construire la généalogie des lots : l’identification des liens entre les lots permet de s’assurer du respect de la nomenclature
  • Saisir les consommations : toutes les consommations sont saisies dans le MES de manière fiable avec le Poka Yoke (méthode de détrompage)